.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (f/libre) JENNIFER ANISTON ~ Et oui j’ai connu ton père... et toi aussi, je te connais bien mon garçon.

Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel L. Cobbs-Ellis
membre chéri ✝ you are perfect for us.
avatar


" When I get sad, I stop being sad and be awesome instead! True story... "
POSTS : 213
ARRIVE(E) LE : 19/10/2012
PSEUDO : Lexopedia
CREDITS : Chouchou/Tumblr/Moi
AVATAR : Jensen Ackles
ÂGE : 33 ans
STATUT CIVIL : Juste un mot wow ... Et je vous laisse l'interpréter de la manière que vous le désirez
METIER : Flic

MessageSujet: (f/libre) JENNIFER ANISTON ~ Et oui j’ai connu ton père... et toi aussi, je te connais bien mon garçon.   Sam 27 Oct - 3:20

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Illyana prénom² Obolenski
Je sais que c’est dur d’être celui qui s’en va. Mais bon sang, c’est pas non plus facile d’être celui qui reste..
NOM : Obolenski. PRÉNOM(S) : Illyana. ÂGE : 51 ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Au choix. NATIONALITÉ : Russe. STATUT CIVIL : Célibataire. PROFESSION : Au choix ( mais quelque chose qui ne requiert pas beaucoup d'études). GROUPE : A vous de choisir. AVATAR : Jennifer Aniston.



Elle est d'origine russe mais à quitter son pays très jeune ⊱ Elle adore voyager, ou plutôt elle est incapable de rester au même endroit depuis la mort du père de Samuel ⊱ Son fils et elle sont très proches, et partagent le même sens de l'humour taquin ⊱ Elle a fait de la danse classique toute son enfance, et adore encore pouvoir danser pendant des heures, même si elle ne sera jamais professionnel ⊱ Elle a toujours considéré le père de Samuel comme l'amour de sa vie, mais cela fait plus de trente ans qu'il est mort, et elle a eu depuis d'autres aventures qui n'ont jamais duré auparavant. Elle n'a jamais donc présenté quiconque à son fils avant aujourd'hui ⊱ Elle fait très jeune pour son âge, autant physiquement que mentalement. ⊱ Elle est bavarde, malicieuse, perspicace, curieuse, affectueuse, gourmande, têtue, nostalgique, amusante, charmeuse. Son fils lui ressemble beaucoup. ⊱ Elle adore le chocolat ⊱ Elle fréquente depuis peu un homme plus jeune qu'elle, et pour la première fois depuis la mort de Michael, elle se sent prête à reconstruire quelque chose mais elle appréhende la réaction de son fils. Tant à cause de l'âge, qu'à cause du faite qu'elle n'a jamais eu personne dans sa vie, et que son fils n'a jamais eu à la partager

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
~ now you're just somebody that i used to know.

Je vous mets les passages de ma fiche concernant Illyana, je pense qu'il traduise bien le lien entre la mère et son fils.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé. ₰
Ta vie, elle commence bien avant ton premier souffle, ou même bien avant le premier battement de cœur qui résonne dans la salle d’échographie. Oui, ta vie, elle commence quand deux regards se rencontrent. Pour ma part, mon histoire commence quand Michael Cobbs-Ellis, alors âgé de 22 ans a croisé la route d’une jolie poupée russe de 18 ans du nom d’Illyana Obolenski. Une histoire, plus que banale. Un coup de cœur au détour d’un bar, une serveuse s’éprenant du jeune soldat en permission. Mais dans ce contexte, où la guerre froide n’est pas un souvenir si ancien, leur relation sort des sentiers battus. Evidemment, les gens désapprouvent, mais Illyana a quitté son pays pour une bonne raison, et elle n’a aucune intention d’y remettre les pieds.
Leur histoire, leur amour est peut être un feu de paille, peut être une folie passagère mais ni l’un, ni l’autre n’auront l’occasion de le découvrir. Ils s’aiment, ils se promettent un futur avec maison et barrière blanche, mais le destin n’est pas de leurs côtés. Michael est appelé pour sa battre pour son pays, l’Afghanistan. Ironique, les américains partent une fois de plus se battre contre les russes. Il lui promet de l’épouser à son retour au pays, elle sourit et lui dit qu’elle l’attendra. Mais ce qu’elle finit par avoir, c’est une tout autre surprise. Elle est enceinte. Elle ne sait pas vraiment quoi faire de la nouvelle, elle n’a pas envie de l’annoncer par le biais du papier. Ce n’est pas grave, Michael, lui a dit qu’il revenait en permission dans peu de temps. Elle lui annoncera à ce moment là.
Elle n’aura jamais le temps de le faire, alors qu’elle se rend chez ses futurs beaux parents, elle aperçoit la voiture formelle. Son cœur bondit contre sa cage thoracique. Un coup d’œil au visage dévasté de la mère de Michael, et elle sait qu’elle ne le reverra jamais plus. Il est mort au combat, il est mort pour sa patrie. Elle s’en moque, et elle me déteste un peu avant de se dire que je suis le seul souvenir qu’il lui reste de son grand amour perdu. Alors, elle couve son ventre des deux mains, elle parle à la forme un peu plus rebondi chaque jour, elle me dit qu’elle m’attend avec impatience. Elle me dit qu’on est une famille.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
C’que je veux dire c’est que la famille c’est inévitable, c’est comme les impôts ou la mort. ₰
- Samuel Lukas Cobb-Ellis, reviens immédiatement ici ! Le son de sa voix claque et je sais que je suis bon pour les ennuis.
- Mais …
- Il n’y a pas de mais qui tienne, jeune homme. Ta grand-mère m’a raconté ce que tu as fait au petit John Crawford.
Je rage, et je me tais. Ma mère et moi, vivons depuis quelques mois, chez mes grands parents paternels à Seattle. Et j’ai le droit à une véritable surveillance constante. Comme ci à sept ans, j’allais faire un braque à la banque du coin, comme dans les films.
- Il a dit que tu étais … Je me tais, et croise mes bras d’un air obstiné. Et l’air sévère de ma mère se fige, avant de s’adoucir. Elle me prend dans ses bras. Elle sait exactement combien les enfants peuvent être cruels. Combien c’est dur d’expliquer qu’il n’y a pas de père dans l’équation, que ma mère et moi, on est seuls au monde et que cela nous convient bien. Ma mère n’a pas vraiment l’envie de trouver un nouvel homme, et elle n’en aurait probablement pas le temps même si elle le désirait, cumulant plusieurs jobs pour subvenir à mes besoins.
- Sam, écoutes …
- Non, je veux qu’on parte d’ici. Je n’aime pas ici.
Et elle soupire, avant de resserrer un peu mon étreinte. Quelques jours plus tard, on prend nos affaires et on reprend de nouveau la route. J’ai acquis un nouveau trésor. Un cadeau de ma grand-mère, les plaques militaires de mon père. Et je les regarde avec fierté alors que la route défile devant nous. J’ai passé le moment, où j’en voulais à mon père de ne pas avoir été là pour moi, parce que maman n’a de cesse de me répéter. Sam, ton père était un homme merveilleux, mais il avait malheureusement le complexe du héros. Il a au moins eu l’occasion de partir tel quel.

Et la vie avec ma mère, ça a été beaucoup de villes différentes, une facilité à m’acclimater rapidement, à me faire des copains, sans jamais me faire de vrais amis. Parce que je savais que je ne resterais pas assez longtemps dans le coin.
La vie avec ma mère, c’est de longues heures à lui raconter tous mes secrets, parce qu’elle est la seule réelle amie que j’ai. Ma meilleure amie. Et que pour la plupart des gens, c’est ridicule, mais pour moi, c’était la meilleure chose possible.
La vie avec ma mère, c’est avoir un soutien inconditionnel quand à 14 ans, perdu et sans repère, je lui avoue avec appréhension que je suis troublé par un garçon.
La vie avec ma mère, c’est comprendre que je n’ai pas à être gêné d’être bisexuel. Que je n’ai que de la fierté à être Samuel Cobbs-Ellis et que je n’ai qu’à emmerder le reste du monde et ceux qui ne veulent pas avoir à faire à moi.
La vie avec ma mère, c’est apprendre à m’épanouir, et à devenir peut être un peu trop sur de moi, pour faire taire toutes les inquiétudes qu’elle pouvait avoir à me voir renfermé durant mon enfance. A apprendre à devenir ce garçon qui pourrait faire parti de l’élite populaire du collège, si sa mère n’avait pas attrapé le virus du voyage.
La vie avec ma mère, c’est accepté ces déménagements parce que c’est savoir qu’elle fuit cette douleur qui vit en elle depuis la mort de mon père. C’est être le soutien pour elle, qu’elle est pour moi.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Parce que quand on est accro, même si ça fait mal... Parfois ça fait encore plus mal de décrocher. ₰
- Seaside, Oregon ? T’es sérieuse ?
Je regarde ma mère, comme ci elle a perdu la tête, mais elle me répond avec son sourire, mi amusé, mi agacé de devoir gérer un adolescent de dix sept ans, un peu trop têtu qui aurait préféré une ville plus mouvementé comme New York, pour leur prochain point d’encrage. Non, parce que, alors qu’on conduit la voiture à tour de rôle, je me demande ce que je vais bien pouvoir faire dans l’Oregon. Et si seulement je savais à cet instant là, ce que je sais maintenant, j’aurais peut être moins boudé, et eut un sourire complaisant comme ma mère, c’est si bien me le rappeler à chaque fois qu’elle en a l’occasion.
(...)
Et je ne sais plus exactement comment, mais à force de blagues moisies et d’invasions peu désirés de son espace personnel, j’ai fini par l’obtenir mon ticket pour son amitié. On est vite devenus inséparables. Et il est aussi vite devenu clairs que je n’avais aucune chance, avec mister alpha macho mâle. Peu importe, je n’allais pas pleurer des heures durant sur mon sort. Le monde était un océan rempli de poissons. Entre nous, je peux l’avouer, ca a pas été le plus simple de gérer ce premier amour non réciproque mais ma mère a été formidable, et elle a simplement dit d’un air mystérieux que c’était sa perte à lui.
Pourtant, dès qu’elle a rencontré Will, elle l’a adopté comme un second fils, ce n’a pas été vraiment étonnant et quand à la fin de ma terminale, le besoin pour elle de voyager, est revenu la tourmenter, elle m’a dit que je devrais rester ici. Que j’avais dix huit ans maintenant, que je n’avais plus besoin de la suivre si je ne le désirais pas. Et que j’avais ses projets de rentrer à l’académie de police, et prendre un appart’ en colocation avec William. Je l’ai toujours suspecté de me pousser dans cette vie, avec un sens de l’humour tordu. Parce que si j’avais fait mon deuil d’une relation potentiel pour une amitié inébranlable, ma mère semblait convaincu que je lui annonçais que je me mettais en ménage avec ma moitié.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Tu te consume de l’intérieur, tu brûles et tu le gardes pour toi surtout (...) autrement tu passes forcement pour un con... ₰
Et puis y a Tara qui est arrivé. Tara, ce si joli minois qui me regardait avec méfiance. Malgré mes sourires charmeurs, elle semblait immunisée à mon charme. Pas un grand drame. Elle partira bientôt.
Sauf que non, elle ne quitte pas le tableau, elle reste et elle prend ses aises. Dans notre appartement. Je passe plus de temps dehors, je bois plus que de raison. Je ne rentre plus qu’accompagner d’hommes à l’appartement. Pourquoi, je le fais ? Peut être parce qu’elle me fait peur. C’est con.
- Samuel … Ma mère soupire au bout du fil, alors que je n’ai rien dit de spécial. Ma mère me connait. Même si on a des milliers de kilomètres entre nous. Elle sait que son fils déraille sérieusement. Elle a probablement un sixième sens de mère, ou peut être parce que je l’appelle à deux heures du matin, totalement enivré.
- Mère … Je réplique avec un sarcasme amusé, alors qu’au final, j’ai ridiculement envie de la rejoindre pour qu’elle me prenne dans ses bras comme quand j’étais gosse.
- Samuel, prends quelques jours de vacances et vient me voir, cela fait longtemps que l’on ne sait vu.
Et c’est le truc avec ma mère, elle est magique comme ça. Je n’ai pas besoin de lui dire ce que j’ai à dire, elle le sait déjà. Alors je suis son conseil, je pars la rejoindre et j’espère qu’à mon retour, la brunette sera un souvenir.
Mais non, elle dure toujours, et elle semble savourer de profiter de mon canapé, de m’infliger ses choix de films. Et moi, je souris toujours parce que je vais peut être perdre quelque chose, mais je ne renoncerais pas à mon meilleur ami. Je vais être le type le plus sympa du monde, et elle n’aura aucun reproche à me faire. Je ne vais pas me priver d’être ce que je suis, de me comporter comme l’éternel gosse insatisfait. Je ne vais pas me priver de raconter dans le menu détail mes soirées décadentes. Plus je la choque, plus William rit et peut être que je jubile intérieurement. Un point pour moi, Tara.
Pourtant, je finis par merder, parce que je peux ne pas mener un train de vie comme le mien, et rester totalement vigilant au boulot. Et croyait moi, sur parole, se recevoir une balle dans le flanc, ça fait un mal de chien. Mon chef me hurle dessus d’être un inconscient indomptable, une tête de mule qui n’en fait qu’à sa tête. Ma partenaire s’amuse à compter les points avec moi, ma mère prends le premier avion pour venir voir son fils, et je lis au fond de ses yeux, cette angoisse, mais aussi cette douleur .Ouais, j’ai merdé, j’ai ravivé la perte de mon père qui ne la jamais quitté. Je m’excuse, je bredouille, et je suis ravi que William soit parti faire un reportage photo. M’évite une engueulade de plus. Je supplie ma mère de ne rien lui dire. Ouais parce que non seulement elle l’a adopté, mais dès fois, je la soupçonne presque de le préférait à moi. Son fils, la chair de sa chair. Inadmissible.
Mais je réagis … J’arrête de jouer aux cons, parce que je vais peut être devoir couper le cordon, que je vais peut être me retrouver seul. Si William est heureux, avec sa régulière, je vais arrêter de jouer les emmerdeurs. Et c’est quand je finis par prendre une vraie décision d’adulte. J’en suis même super fier, tu vois. Comme quoi au fond, j’ai un peu grandi malgré les soupirs désespérés de ma mère. Oui, c’est à cet instant précis que le game over arrive dans la partie. Et il n’est pas pour moi. Bye bye, Tara. Je ne te regretterais pas. Inamicalement, Samuel. S.A.M.U.E.L. Garce qu’à cru que parce qu’elle couchait avec Willy Wonka, elle avait le droit de devenir familière et m’appelait Sammy. Mais crève, même ma mère, elle m’appelle pas comme ça. Y a qu’une seule personne au monde autorisait à le faire, et les négociations ont été sévères.
Bref, la brune sort et ma vie reprends son cours normal, épisode suivant.



Comme vous pouvez le voir Illyana a aussi un lien avec William O. Whiteside, le meilleur ami et colocataire de son fils. Illyana le considère comme son gendre, et s'amuse souvent à faire tourner Samuel en bourrique avec ça quand le ton est à la plaisanterie. Elle sait qu'il n'y a rien entre les deux hommes, mais son maman radar sait que son fils est bien plus attaché à cet homme qu'amicalement parlant. Même si il le nie. ( Je vous laisserais cependant le soin de développer avec William, la relation entre vos personnages )

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Penser que je peux t'avoir, c'est terrifiant. Parce que c'est penser que je peux te perdre. Mais quand tu veux passer le restant de ta vie auprès de quelqu'un, tu as envie que le restant de ta vie commence maintenant. Alors, je n'ai plus envie d'attendre, de prétendre. J'ai juste envie de savourer chacun de nos moments ensembles.


Dernière édition par Samuel L. Cobbs-Ellis le Sam 3 Nov - 9:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel L. Cobbs-Ellis
membre chéri ✝ you are perfect for us.
avatar


" When I get sad, I stop being sad and be awesome instead! True story... "
POSTS : 213
ARRIVE(E) LE : 19/10/2012
PSEUDO : Lexopedia
CREDITS : Chouchou/Tumblr/Moi
AVATAR : Jensen Ackles
ÂGE : 33 ans
STATUT CIVIL : Juste un mot wow ... Et je vous laisse l'interpréter de la manière que vous le désirez
METIER : Flic

MessageSujet: Re: (f/libre) JENNIFER ANISTON ~ Et oui j’ai connu ton père... et toi aussi, je te connais bien mon garçon.   Sam 27 Oct - 3:20

Et petit invité, merci d'avoir posé ton regard sur mon scénario bidon mais néanmoins très important pour moi chatpotté . Le rôle te tente légèrement, quoique beaucoup ce serait encore mieux, alors voilà quelques points. chapeau

En ce qui concerne les négociations : L'avatar ( malgré son âge, je vois Illyana définitivement comme une femme que fait jeune), le prénom, l'âge (tant que cela reste réaliste donc je dirais minimum 48 ans, son fils à quand même 33 ans =D), quelques points de l'histoire ... Je suis pas fermé aux négociations, bien au contraire. Le nom de famille et le prénom sont négociables mais ce sont ceux que j'ai utilisé dans ma fiche de présentation

En ce qui concerne mes exigences : Je suis pas un monstre ... J'ai pas des exigences monstres. Un rp (une à deux fois la semaine) avec une qualité d'orthographe décente ( on n'est pas à l'abri des fautes, j'en suis l'exemple même), savoir s'intégrer (ce qui n'est pas bien dur ici) et honnêtement, c'est les seules exigences que j'ai. Enfin y a aussi ce qui va de soit, ne pas prendre ce personnage si c'est pour l'abandonner au bout d'une semaine Razz

En ce qui concerne les relations de nos personnages: Une relation positif, cela va de soit. Même si on n'est pas à l'abri de petits accrochages à cause de leurs caractères respectifs. Et si je n'ai rien contre des p'tites disputes, par contre ce serait bien d'éviter que ce soit la guerre froide, vu que l'un comme l'autre sont ma famille, ma bataille <3 Enfin j'avais dans l'idée que Illyana retourne à Seaside pour annoncer à son fils qu'elle a rencontré quelqu'un et je voyais ce quelqu'un plus jeune qu'elle ce qui l'angoisserait encore plus ( Je vous laisse libre de prendre l'option ou pas, sinon vous pouvez toujours dire que son fils chéri lui manquait. Evidemment je vous laisse le soin de construire le scénario à votre convenance aussi )

En ce qui concerne mon envie de te prendre dans mes bras et de te faire, tout pleins de câlins, et de construire un temple à ton effigie : Tu en auras tout plein, et puis tu as aussi le droit de me harceler à volonté, promis promis juré. Ma boite MP, elle adore trop recevoir des messages, et puis évidemment, un rp est accordée d'office. En tous les cas, vous aurez ma gratitude éternelle.

Bref, en gros, si tu veux faire le bonheur de quelqu'un, arrête toi sur THUNDER LOVE ( parce que c'est génial, si si c'est vrai, ils m'ont pas payés pour le dire) et quand tu cliques sur inscription, entre le p'tit nom de mon scénario Amen bg :pitié: brill

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Penser que je peux t'avoir, c'est terrifiant. Parce que c'est penser que je peux te perdre. Mais quand tu veux passer le restant de ta vie auprès de quelqu'un, tu as envie que le restant de ta vie commence maintenant. Alors, je n'ai plus envie d'attendre, de prétendre. J'ai juste envie de savourer chacun de nos moments ensembles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(f/libre) JENNIFER ANISTON ~ Et oui j’ai connu ton père... et toi aussi, je te connais bien mon garçon.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F/LIBRE) JENNIFER CARPENTER - debra morgan.
» (F) JENNIFER ANISTON → Mère des enfants Hopkins
» Mademoiselle Smee || Jennifer Morrison || LIBRE
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THUNDER ✝ LOVE. :: MACARONS & THÉ :: archives. :: Scénarios-
Sauter vers: